Connexion
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • La paroisse de Pont Saint Martin doit son appellation au passage du diacre Martin qui, vers la fin du VI ème siècle, fut envoyé par Félix, évêque de Nantes pour porter l'Evangile à la ville d'Herbauges.

 

  • L'échec de sa mission entraina, selon la légende, la destruction de la ville engloutie sous les eaux du Lac de Grandlieu. Son retour vers Nantes, toujours selon la légende, l'amena à construire le pont sur la rivière l'Ognon et fut marqué par la transformation en statue de pierre de ses amis Romain, sa femme et leur fils, suite à leur désobéissance !(Les « dames de pierre »).

 

  • Après avoir effectué plusieurs voyages à travers la France et l'Italie, Martin vint se retirer à Vertou où il fonda un monastère. Il fut également abbé de Saint Jouin de Marnes dont notre paroisse dépendit jusqu'à la Révolution.

 

  • La date de construction de la première église n'est pas connue. Le premier document qui en parle est le compte rendu de la visite pastorale qu'effectua Missire Antoine Binet, abbé de ND de Melleray en 1689 qui la signale comme assez grande, mais mal entretenue Le cimetière entoure l'église sur trois côtés.

 

  • Incendiée pendant la Révolution, elle bénéficie de travaux de consolidation et d'agrandissement à partir de 1808. Mais c'est à partir de 1841 que des transformations importantes vont lui donner à sa forme actuelle.

 

  • C'est d'abord l'allongement par l'entrée, la grande porte, la tribune et le clocher actuels (1844), l'agrandissement des deux chapelles latérales et la construction du chœur (1846).

 

  • La séparation d'une partie de la paroisse de Pont Saint Martin pour former la nouvelle paroisse des Sorinières provoque quelques réactions : les travaux importants réalisés sont loin d'être fini de payer et de nombreux paroissiens vont partir. Pourtant, en 1857, on décide d'achever la reconstruction de la nef et de la voûte.

 

  • Enfin, en 1860, on termine les travaux par les deux chapelles absidiales. L'église peut alors être consacrée le 17 juin 1862 par Mgr de la Hailandière, ancien évêque de Vincennes aux Etats Unis, délégué par Mgr Jacquemet évêque de Nantes retenu par la maladie. Les reliques déposées sur l'autel sont celles de St Barthélémy, St Symphorien, St Félicissime, St Domitien et St Déodat. Le nouveau cimetière est également béni ce jour-là.

 

  • En 1864, cérémonie importante à l'occasion de la bénédiction de trois nouvelles cloches appelées Marie-Anne (1014 kg), Claudine Marie Antoinette (510 kg)et Marthe Marie(313 kg).

 

  • Un dernier mot concernant les chapelles absidiales :
    • L'autel de la Croix fut décoré en 1921 avec installation des tables des enfants de la commune morts pour la France en 1914-1918. Un ensemble de statues montrant le Christ en croix, Marie, sa mère, debout au pied de la croix et Marie Madeleine à genoux est l'oeuvre du sculpteur Grootaers (1850)
    • L'autel de la Vierge, sans doute l'ancien autel principal, en marbre, portant les marques de l'incendie de la Révolution est surmonté d'une vierge à l'enfant, oeuvre de Barrême d'Ancenis. ( Une statue de la vierge du même sculpteur est dans le choeur de l'église des Sorinières)
    • La décoration des deux chapelles est l'oeuvre de M.Perruchot de Nantes

 



    

    
Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin Eglise de Pont Saint Martin