Connexion
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

L’origine :

  • l’église est une chapelle dépendant de Vertou. La première pierre en granit est bénie le 23 juillet 1835.
    L’ordonnance royale de Louis-Philippe du 27 février 1840 libère la paroisse de la tutelle de Vertou, et la chapelle devient alors église paroissiale le 16 mai 1840.
  • A l’occasion de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, quelque cent vingt hommes et deux cent femmes occupent les lieux jour et nuit et empêchent l’entrée dans le sanctuaire et la sacristie afin que les inventaires ne puissent se faire.

 

Le clocher :

  • De 1840 à 1900, une seule petite cloche est fixée dans l’église, dont le clocher n’est construit en pierre qu’en avril 1898. L’argent de la construction provient d’une collecte paroissiale et de la vente du cimetière à la commune.
  • Clocher et croix mesurent 37 mètres jusqu’à ce que la croix soit remplacée par une plus petite, munie d’un paratonnerre, à la suite de l’orage exceptionnel du 7 juin 1977.
  • Les trois cloches ont été offertes par de généreux paroissiens et bénies le 21 octobre 1900 : Honorine Reine Marie-Louise pèse 832 kilo et donne le « fa », Henriette, Marie pèse 555 kilo et donne le « sol » et Agathe Louise Marie Augustine pèse 405 kilo et donne le « la ».

 

La chaire :

  • Entièrement en bois sculpté, représente Samson soutenant la tribune avec à ses pieds un lion couché.

 

L’autel :

  • L’autel de la Sainte Vierge représente l’Adoration des bergers. Il possède la particularité de figurer l’enfant Jésus dans les bras de saint Joseph.

 

La grotte de l’Assomption :

  • La grotte de l’Assomption, qui se trouve au fond du chœur, est construite en plâtre en 1865 ; le dallage est réalisé en 1897 et les six vitraux représentant des motifs géométriques sont placés en 1898. Son auteur, Henri Barrême, né aux Bermudes en 1795, meurt à Pornic en 1866 ; il a été l’élève à Nantes du sculpteur de Bay père. Il installe son atelier à Ancenis en 1816 puis à Angers en 1847.Dans l’arrondissement d’Ancenis, il est l’auteur de quine statues et de deux groupes en bois comme en plâtre.

 

Notre Histoire


  • Il était une fois, le 13 avril 1898, le « Conseil de fabrique » (ancien nom du conseil paroissial) décide de construire un clocher.
  • En 1899, il fallait des fonds pour la construction de celui-ci. Une collecte paroissiale et la vente du cimetière permirent d’exécuter les travaux.
    Ceux-ci furent confiés à l’entreprise BATARD de Nantes pour une somme de 28 000 francs de l’époque. Mais après la construction, il manquait un moyen pour appeler les fidèles à la prière.
    De généreux paroissiens vinrent au secours de leur clocher et offrirent les cloches.
  • Les trois cloches ont été fondues par Amédée BOLLE au Mans et elles arrivèrent par le train en gare de Pont-Rousseau le 18 octobre 1900. Elles ont été bénites le 21 octobre de la même année par un délégué de l’évêque de Nantes, l’abbé LEROUX.
  • Leur noms respectifs :
  • HONORINE, Reine, Marie-Louise, donne le FA et pèse 832 Kg pour 120 francs,
  • HENRIETTE, Marie donne le SOL et pèse 555 kg pour 2070 francs,
  • AGATHE, Marie-Louise, Augustine donne le LA et pèse 405 kg pour 1529 francs.

 {phocagallery view=category|categoryid=8|displayname=0|displaydetail=0|displaydownload=0}